Retour
Guide d'achat Environnement

Principes de base du nettoyage à haute pression

Les bases du nettoyage à haute pression: quelle procédure pour quel type d’encrassement?

Comment la saleté adhère-t-elle?

La saleté peut adhérer à la surface des objets de trois manières différentes:

1. Attraction électrostatique:
si la surface a une charge différente de celle de la saleté, celle-ci adhère du fait de l'attraction des contraires.

Principes de base du nettoyage à haute pression 076

2. Transmutation chimique des matières:
la surface est modifiée par transmutation chimique et se salit.

Principes de base du nettoyage à haute pression 075

3. Rugosité locale:
la saleté s'accroche à la surface rugueuse et y adhère.

Principes de base du nettoyage à haute pression 074

Comment se sert-on des connaissances concernant l'adhérence de la saleté pour le nettoyage?

L'objectif du nettoyage est de détruire les liens entre la saleté et la surface. En ce qui concerne le nettoyage à haute pression, des facteurs mécaniques, thermiques et chimiques sont utilisés.

Facteurs mécaniques

L'effet du nettoyeur à haute pression est influencé par quatre facteurs: le débit, la pression de la pompe, la distance entre les jets et l'angle des jets.

La pression de choc est également importante, c.-à-d. la force de choc du jet d'eau par unité de surface à nettoyer. Cette pression dépend des facteurs suivants:

  • Distance entre jets: une distance d'entre 10 et 30 cm est recommandée car la pression baisse rapidement si la distance est supérieure.
  • Angle des jets: l'angle doit être sélectionné selon le degré d'encrassement. Les salissures coriaces exigent un angle de 0 - 25°, un encrassement moyen un angle de 25 - 50° et les salissures modérées un angle de 50 - 80°.
  • Pression du gicleur: selon la quantité d'eau et la section du gicleur, une pression plus élevée du gicleur n'offre qu'une augmentation de la pression de choc proportionnellement inférieure.
  • Quantité d'eau: l'augmentation de la quantité d'eau entraîne une augmentation rapide de la pression de choc. L'élimination de la saleté est aussi simplifiée, car moins de vaporisation a lieu proportionnellement à la saleté éliminée.

Facteurs thermiques

L'apport de chaleur accélère les processus chimiques, et les graisses et huiles par exemple peuvent ainsi être détachées plus rapidement. La durée de séchage d'un objet chauffé diminue également. De meilleurs résultats peuvent ainsi être obtenus, et une durée de nettoyage plus courte de 40 %. Une augmentation de la distance entre jets a par ailleurs pour effet une diminution de la température.

Facteurs chimiques

Si l'augmentation de la pression de choc et de la température ne suffit pas à obtenir des résultats satisfaisants, l'utilisation de détergents chimiques s'avère indispensable. Ceux-ci ont un effet positif sur le pouvoir mouillant, l'émulsification et les réactions chimiques directes avec les particules d'impureté.

Le détergent est à choisir selon sa valeur pH et celle de la surface à traiter. Des produits acides avec valeur pH de 0 - 6 sont employés pour les dépôts de calque, tartre, rouille ou autres oxydes, mais des produits alcalins avec valeur pH comprise entre 8,5 et 14 dans le cas d'huiles, de graisses, de goudron ou de suie. Pour les surfaces sensibles modérément salies par de l'huile ou de la graisse il convient de choisir des produits nettoyants neutres. Des valeurs acides ou basiques extrêmes peuvent cependant entraîner l'endommagement des nettoyeurs à haute pression ou de l'objet à nettoyer, ou même enfreindre la loi sur les eaux usées. Les détergents chimiques peuvent aussi entraîner des endommagements s'ils agissent trop longtemps. Il convient de ne prolonger l'action des produits que jusqu'à une durée définie, puisque l'intensité de nettoyage approche une valeur limite proportionnellement à la durée. Le trempage préalable à l'eau des grosses couches de salissure a un effet positif sur la durée de nettoyage, permettant d'économiser jusqu'à 50 % de temps lors du nettoyage au jet haute pression.

Note concernant les données de pression en MPa (MegaPascal)
Du fait de la modification de la norme d'essai de sécurité IEC 60335/2/79, les données de pression ne sont plus indiquées en «bar» mais en «MPa». La conversion est la suivante: 10 bar = 1 MPa.